L’intestin irritable suite : les symptômes 

Vous ressentez des douleurs fréquentes ou une sensation de malaise au niveau de votre abdomen ? Vous vous sentez souvent ballonnés et alternez des périodes de diarrhée et de constipation ? Il se peut bien que vous soyez atteint du syndrome de l’intestin irritable.

Nous en vous en parlions déjà il y a quelque temps dans un article décrivant ce qu’est le sydrome de l’intestin irritable.

Rappet de ce qu’est l’intestin irritable :

Le syndrome de l’intestin irritable, ou SII, est aussi appelé syndrome du côlon irritable ou encore colopathie fonctionnelle. C’est le motif le plus fréquent de consultation en gastroentérologie mais aussi en médecine générale. Son origine reste aujourd’hui méconnue et son diagnostic pas toujours facile à poser. Environ 4,7% de la population française souffrirait du syndrome du côlon irritable.

Vous pouvez souffrir de ce syndrome sous l’une de ses trois formes :

  • SII avec constipation prédominante, ou SII-C. Elle représente environ un tiers des personnes atteintes et touche plus fréquemment les femmes.
  • SII avec diarrhée prédominante, ou SII-D. Cette forme est plus fréquente chez les hommes.
  • SII forme mixte du syndrome, ou SII-M. Elle représente presque la moitié des cas et se caractérise par une alternance diarrhée et constipation.

Les symptômes de l’intestin irritable

Si vous êtes sujet au syndrome de l’intestin irritable, vous souffrez des symptômes suivants :

  • Le mal de ventre, qui est le symptôme le plus fréquent. Vous pouvez ressentir des fortes douleurs, semblables à des crampes ou encore à des spasmes dans le bas du ventre. Ces douleurs apparaissent surtout après les repas, mais peuvent aussi survenir au réveil. Elles peuvent durer plusieurs heures ou encore des jours entiers et passent généralement lorsque vous vous rendez à la selle.
  • Les ballonnements abdominaux, plutôt fréquents après avoir mangé. Ce sont eux qui vous poussent à déboutonner votre pantalon ou encore à détacher votre ceinture après un repas. Ces ballonnements peuvent se transformer en tension permanente et passer de la simple gêne physique à une vive douleur. Ils disparaissent après un passage aux toilettes.
  • Les borborygmes, qui sont des bruits émis par vos intestins ou par votre estomac pendant la digestion.
  • Une envie pressante et subite d’aller à la selle.

Y a-t-il d’autres symptomes ?

D’autres symptômes comme des céphalées, des brûlures au niveau de l’estomac et des nausées ou encore des douleurs au niveau du pelvis et dans le bas du dos peuvent apparaître si vous souffrez d’une colopathie fonctionnelle.

Lorsque vous mangez, les aliments ingérés sont transformés lors du processus de digestion. Et c’est dans votre côlon, aussi appelé gros intestin, que tout se passe. Il arrive que la vitesse du passage des aliments dans ce dernier varie, ce qui a pour conséquence des troubles du transit intestinal, une constipation ou encore une diarrhée.

Lorsque les contractions de votre intestin ralentissent, sous l’effet du stress par exemple, les aliments fermentent plus tôt et cela crée des gaz ou des flatulences. A fortiori, cela mène à une situation de constipation. Dans le cas contraire, lorsque les contractions accélèrent, les aliments mettent plus de temps à fermenter et cela conduit à des périodes de diarrhées.

L’intestin irritable : un trouble fonctionnel

Le syndrome de l’intestin irritable est considéré comme un trouble fonctionnel et non comme une maladie puisqu’il n’altère pas la muqueuse intestinale, ne cause pas d’inflammation et n’augmente heureusement pas le risque de cancer. Son origine étant encore méconnue, il n’existe pas de traitement préventif. De nombreuses hypothèses sont émises mais n’ont pas encore été prouvées.

Ce syndrome est chronique, c’est-à-dire qu’il persiste dans le temps. Les périodes de rémission arrivent surtout pendant les vacances ou pendant les périodes de détente. Le facteur stress aurait donc une incidence sur votre syndrome du côlon irritable. Une option pour soulager le trouble serait de réduire l’anxiété, en pratiquant par exemple une activité relaxante comme le yoga ou encore la méditation.

Que faire en cas de symptôme ?

Si vous souffrez du syndrome de l’intestin irritable à prédominance de constipation, SSI-C, il vous est alors fortement conseillé de changer votre alimentation afin d’éviter une constipation aiguë, qui pourrait, dans le pire des cas, se transformer en occlusion intestinale. Il est fortement recommandé d’adopter un régime alimentaire riche en fibres. Laxatifs naturels, les fibres permettent d’augmenter le niveau d’eau de vos selles qui se déplacent plus facilement dans votre colon. Attention cependant à amener progressivement votre consommation de fibres afin d’éviter les ballonnements et les gaz. Consommez par exemple des céréales complètes ou encore des fruits. Les prunes sont également très efficaces et soulagent la constipation quelques minutes après leurs prises. L’eau permet à vos selles de descendre plus vite dans vos intestins, alors n’oubliez pas de vous hydrater régulièrement et suffisamment. Évitez le café et l’alcool qui favorise la déshydratation.sx

Vous êtes un homme ou femme entre 18 et 75 ans, vous habitez dans la région de Nantes et vous souffrez de l’intestin irritable à prédominance de constipation ? Venez essayer de nouveaux compléments alimentaires, soignez-vous tout en aidant l’avancée de la recherche en participant à l’une de nos études rémunérées