L’intestin irritable : c’est quoi ?

Savez-vous que près de la moitié des visites chez le gastroentérologue concerne le syndrome du côlon irritable ? Le syndrome du côlon irritable, plus connu sous le nom de syndrome de l’intestin irritable ou encore colopathie fonctionnelle touche environ 5% de la population française.

La bonne nouvelle, c’est que ce trouble fonctionnel est sans gravité. Il n’est pas une pathologie dans le sens où il ne provoque pas d’inflammation et ne cause pas de cancer. Cependant, il est l’origine d’un inconfort physique important et d’une réduction de la qualité de vie. Ça mène souvent à un fort sentiment d’anxiété, et même parfois de dépression.

Vous êtes atteint du syndrome du côlon irritable ? Pas de panique, on vous explique tout sur ce trouble et on vous donne des conseils pour limiter les symptômes dans votre quotidien.

Syndrome du côlon irritable : comment ça fonctionne

Le côlon, aussi appelé gros intestin, est une partie de l’intestin et du système digestif. Il se trouve entre votre intestin grêle et votre rectum. Son rôle est de terminer la digestion des aliments commencé dans l’intestin grêle. Le colon s’occupe également de la formation et de l’évacuation de vos selles. Il arrive parfois que la vitesse de passage des aliments dans ce dernier varie, ce qui a pour conséquence des troubles du transit intestinal. Ces troubles peuvent se manifester par une constipation ou encore par une diarrhée. Lorsque le passage des aliments est trop lent, vous vous retrouvez dans une situation de constipation. Au contraire, lorsque les aliments passent trop rapidement dans le côlon, celui-ci n’a pas le temps d’absorber l’eau contenue dans ces derniers et cela occasionne de la diarrhée.

Bien que les symptômes varient d’une personne à l’autre, en fonction des jours, de votre alimentation ou de votre niveau de stress, il existe une liste de symptômes représentatifs de ce trouble : douleurs et crampes au niveau du ventre, ballonnements, constipation et diarrhées, émission de gaz et de flatulences, activité intestinale bruyante, envie pressante de vous rendre à la selle… La plupart des symptômes surviennent généralement après avoir mangé et disparaissent après une visite aux toilettes.

 

Mais alors, quelles en sont les causes ?

Les causes de ce trouble sont encore inconnues et font l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Alors qu’une partie du corps médical pense que les contractions anormales apparaissent naturellement lors de la digestion, d’autres estiment que certaines personnes sont nées avec un intestin plus sensible.

La piste du changement hormonal est également prise en compte puisque la majorité des femmes atteintes de colopathie fonctionnelle subissent des douleurs plus importantes lors de leurs menstruations. Enfin, le déséquilibre de la flore intestinale aurait une incidence puisque 25% des cas du syndrome de l’intestin irritable se déclenchent à la suite d’une infection gastro-intestinale.

 

Les différentes troubles

Il existe trois types de troubles de l’intestin irritable :

  • Le DSII, qui est le syndrome de l’intestin irritable à prédominance de diarrhée. Plus fréquent chez les hommes, il se caractérise par des selles défaites dans plus de 25% du temps.
  • Le CSII, ou le syndrome de l’intestin irritable avec constipation. Plus fréquent chez les femmes, il compte des selles dures dans plus de 25% des cas.
  • Le MSII, ou type mixte du trouble, avec alternance de diarrhée et de constipation.

Heureusement, il suffit parfois de quelques changements simples pour faire face à ce type de troubles. En particulier quand il s’agit de constipation.

 

Faire face au côlon irritable à prédominance constipation

Les fibres sont un laxatif naturel. Elles permettent de renforcer vos selles tout en augmentant leur contenu en eau. Ainsi, ces dernières se déplacent plus rapidement dans votre intestin. Consommez donc des fibres solubles comme l’avoine et l’orge par exemple. Attention cependant à y aller progressivement : si vous changez trop brutalement votre consommation de fibres, vous risquez d’être ballonné et d’avoir des flatulences. Évitez les fibres insolubles, celles-ci stimulent les contractions de l’intestin comme le blé entier par exemple. C’est le cas également pour les matières grasses. Il est fortement conseillé de limiter la consommation trop fréquente de produits laitiers, qui ont tendance à fermenter et à causer des ballonnements. Enfin, n’oubliez pas de bien vous hydrater et de boire au moins 1,5 L d’eau par jour. La pratique d’une activité physique régulière vous permet de maintenir votre corps en action et de réduire le stress, parfois responsable d’un déclenchement du syndrome de l’intestin irritable.

Vous souffrez de l’intestin irritable à prédominance de constipation ? Vous êtes un homme ou une femme, vous avez entre 18 et 75 ans et vous vivez dans la région de Nantes ? Nous avons besoin de vous ! Venez nous aider à faire progresser la recherche dans ce domaine et essayez de nouveaux compléments alimentaires tout en étant rémunérées. Contactez-nous vite pour plus d’informations !