Les maux de ventre, ces ennemis de toujours !

« J’ai mal au ventre ». C’est sans doute la phrase la plus entendue des mamans. Et ce n’est pas pour rien. Le ventre est notre deuxième cerveau. Une personne sur quatre souffre de douleurs abdominales récurrentes. Votre système digestif est comme un moteur qui transforme les aliments en énergie. Il est composé de plusieurs organes, tous reliés entre eux. C’est pourquoi, lorsque vous avez mal au ventre, il ne vous est pas toujours simple de savoir d’où cela peut venir : estomac, pancréas, foie, vésicule biliaire, pancréas, intestins, appendice, colon, … Toute cette zone est peuplée d’enzymes, de bactéries, d’acides, de bile, et est régulée par vos nerfs « sympathiques ». Drôle de nom pour qui a connu les joies d’un ulcère à l’estomac 😉 Et tout ça, ça peut faire très mal !

Les maux de ventre peuvent se manifester de différentes manières :

  • Les remontées acides ou « reflux gastro-œsophagien » : fréquent après les excès de table.
  • L’indigestion ou « crise de foie » : à force de manger trop ou trop riche, votre estomac sature.
  • L’ulcère : lorsque les sucs acides rongent une partie de votre tube digestif, au point de le perforer.
  • Les ballonnements et les flatulences : la décomposition des aliments non fibreux entraîne une dilatation de l’estomac (ballonnements), et une production naturelle de gaz (flatulences).
  • La constipation ou la diarrhée : ponctuelle et passagère, c’est le signe d’un déséquilibre dans votre alimentation, ou d’une bactérie indésirable.

Heureusement, la plupart des maux de ventre sont occasionnels et bénins. Mais mieux vaut vous en préoccuper quand même. D’un simple état de stress à une intolérance alimentaire comme le gluten il est toujours préférable d’en parler à son médecin si la gêne est importante. L’automédication est le premier réflexe : antispasmodiques, antidouleurs, citrate de bétaïne… Ça peut suffire pour vos petits maux de ventre passagers. Cependant, il peut arriver que ces problèmes soient beaucoup plus graves, par exemple :

  • La crise d’appendicite : vous ressentez des douleurs intenses en bas du ventre à droite, accompagnées de fièvre. Rendez-vous aux urgences.
  • L’occlusion intestinale : votre transit se bloque pendant plusieurs jours, avec une absence de flatulence, c’est le signe d’un arrêt total du transit. Consultez immédiatement.
  • La torsion intestinale : une partie de votre intestin se retourne. Ça bloque les matières fécales, les gaz et l’arrivée de sang à cet endroit-là. De la même manière, consultez d’urgence.
  • La colopathie fonctionnelle ou « syndrome de l’intestin irritable » : une inflammation chronique de l’intestin, qui peut être due à la maladie de Crohn, une rectocolite hémorragique ou une tumeur. Faites poser un diagnostic.
  • Les maladies héréditaires : les polypes et cancers de l’estomac, des intestins ou du côlon, les ulcères… Là encore, faites-vous diagnostiquer.

L’étude Biofortis

Le système digestif est compliqué et fait l’objet d’une recherche active. Biofortis teste un nouveau complément alimentaire pour soulager les maux de ventre. L’étude comprend 4 visites d’une heure, et est indemnisée 340 €. Vous voulez savoir si vous pouvez participer ? Rien de plus simple, vous n’avez qu’à cliquer sur l’image ci-dessous et à remplir le questionnaire :