Flore vaginale : c’est quoi et comment la protéger ?

Saviez-vous que tous les ans, des centaines de millions de femmes sont atteintes par des infections vaginales ? Ces infections se manifestent généralement par des démangeaisons, des irritations, ou bien encore par une mycose ou une vaginose. Mais qu’est-ce que la flore vaginale ? Comment garder une flore vaginale saine ? Que faire en cas d’infections ?  Les réponses à ces questions que toutes les femmes doivent connaître.

Qu’est ce que la flore vaginale ?

La flore vaginale est aussi appelé microbiote vaginal. Comme son nom l’indique, elle se trouve dans votre vagin. Son rôle est de maintenir la protection de ce dernier face aux nombreux risques d’infections. Elle existe dès votre naissance et évolue à la puberté, avec l’apparition d’estrogènes et l’augmentation des sécrétions vaginales.

Votre flore vaginale se compose de plusieurs milliards de micro-organismes. Ces germes protecteurs se divisent en bactéries saines et en bactéries pathogènes qui s’autorégulent afin de maintenir la bonne santé de votre microbiote vaginal. Ce dernier est majoritairement constitué de bacille de Döderlein, plus connu sous le nom de lactobacille. Au nombre de 10 millions par ml, elles assurent la protection du vagin en empêchant la prolifération des bactéries pathogènes. Elles sont également des anti-infectieux naturels.

 

Ph et flore vaginale ?

La flore vaginale est saine lorsque l’équilibre entre ces deux types de micro-organismes est maintenu. C’est-à-dire lorsque le degré d’acidité du vagin (pH) varie entre 3.8 et 4.5. Ce sont d’ailleurs les lactobacilles qui permettent de maintenir ce taux d’acidité naturel. Enfin, les bactéries aiment les milieux humides. Elles peuvent y survivre, et surtout se multiplier à vitesse grand V. C’est pourquoi le vagin est une zone sensible qui mérite une attention toute particulière.

 

Microbiote vaginal et risques

Il arrive parfois que les germes pathogènes présents dans votre vagin prolifèrent. Elles affectent le pH et l’équilibre du microbiote vaginal. Ce déséquilibre est généralement l’origine de nombreuses infections : irritations, démangeaisons, pertes blanches abondantes, mycoses, vaginoses …

Pendant certaines périodes de votre vie de femme, comme les menstruations, la grossesse ou encore la ménopause, des changements hormonaux s’opèrent dans votre corps et affectent tout naturellement le pH de votre microbiote vaginal. De même la prise d’ovules gynécologiques ou encore de contraceptif peut avoir une influence sur les hormones et donc sur la flore vaginale. Les antibiotiques influent également sur les hormones, c’est pourquoi certains médecins préconisent conjointement la prise de probiotiques.

Lorsque vous négligez votre hygiène intime, ou au contraire, que vous lui apportez des soins excessifs, vous favorisez le risque d’infections. Si en pensant bien faire, vous vous administrez des douches vaginales ou utilisez des savons parfumés, sachez qu’en fait, vous détruisez votre flore vaginale, et donc par extension, la protection de votre vagin.

D’autres facteurs comme le frottement lors des rapports sexuels, une allergie au préservatif, ou encore le port de sous-vêtements trop serrés et en matière synthétique favorisent l’apparition d’irritations ou de mycoses. La consommation excessive de tabac et d’alcool joue également un rôle dans le maintien de l’équilibre du microbiote.

Rassurez-vous mesdames : le sperme, l’utilisation de lubrifiant et le port d’une protection hygiénique peuvent influer sur votre flore vaginale mais ne sont pas considérés comme des risques.

 

Les solutions pour garder une flore vaginale saine ?

Pas question de supprimer le préservatif ou de refuser de prendre des antibiotiques en cas de prescriptions médicales !

Cependant, certaines habitudes peuvent être adoptées afin de maintenir le bien-être et la santé de votre vagin :

  • Nettoyez-vous avec un savon au pH neutre et évitez les douches vaginales qui affaiblissent et abîment la flore vaginale
  • Privilégiez des sous-vêtements en coton ou en matière naturelle
  • La consommation régulière de probiotiques contribue à maintenir l’équilibre de la flore vaginale et éviter de possibles infections. Selon le docteur Bohbot, les probiotiques représentent « une vraie révolution dans la prise en charge des pathologies gynécologiques infectieuses. »

 

Microbiote vaginal et probiotiques ?

Docteur Bohbot et Rica Etienne, dans leur ouvrage publié en janvierLe microbiote vaginal : la révolution rose, abordent le sujet des probiotiques pour rééquilibrer la flore vaginale.  En cas d’infection vaginale, il est nécessaire de reconstituer la flore intime pour retrouver un écosystème sain. Et c’est là qu’entre en jeu les probiotiques. Ces micro-organismes vivants permettent de remettre de l’ordre dans la cavité vaginale afin de recréer une atmosphère propice au bon développement de la flore. Cette méthode a fait ses preuves, aussi bien à titre curatif que préventif.