l’alimentation infantile

L’arrivée d’un bébé est une grande étape et s’accompagne généralement de beaucoup de questions diverses. Comment va-t-on l’appeler ? Sera-t-il en bonne santé ? Quelle alimentation lui donner ? Nous abordons le sujet de la nutrition infantile.

L’allaitement

Le lait maternel constitue l’aliment le mieux adapté aux besoins de bébé.  En effet, il contient tous les éléments nécessaires au bon développement du nourrisson (éléments nutritifs tels que les glucides, lipides et protéines, mais également des facteurs de croissance, des probiotiques, des anticorps…). Ainsi, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’allaitement exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois.

 

Les formules infantiles

Pour différentes raisons, certaines mamans ne peuvent pas ou ne souhaitent pas allaiter. Les laits infantiles spécialisés sont donc une alternative. Ils peuvent aussi être utilisés en complément de l’allaitement. Ces formules répondent au besoin de l’enfant et sont fabriquées à partir de lait de vache selon des normes strictes. Ils sont conçus pour être facilement digérés par votre bébé.

Le lait « 1er âge » est le plus adapté aux besoins des nourrissons, de la naissance jusqu’à ses 6 mois. Ensuite et jusqu’au 1 an, il est recommandé de donner du lait 2ème âge (c’est-à-dire jamais avant 4 mois et plutôt vers 6-7 mois), introduit lors de la diversification alimentaire. Finalement, il en existe un 3eme type dit, lait de croissance qui convient aux enfants de 1 à 3 ans.

 

La diversification alimentaire

La période de diversification alimentaire, c’est l’apparition d’aliments solides ou liquides autres que l’allaitement maternel ou les préparations infantiles. Récemment, le Comité de Nutrition Européen des Gastro-entérologues Pédiatres (ESPGHAN) a publié une mise à jour de ses recommandations [1].

Le début de la diversification ne devrait pas commencer avant 4 mois ni après 6 mois. Ainsi, le lait devant rester l’aliment principal du nourrisson jusqu’à ses 6 mois. A partir de 6 mois, le lait seul ne suffit plus à couvrir tous les besoins de l’enfant.

[1] Fewtrell M et al. Complementary Feeding: A Position Paper by the European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition (ESPGHAN) Committee on Nutrition. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2017; 64 (1): 119-132.

Qu’en est-il de la recherche clinique en nutrition infantile ?

La réglementation européenne évolue régulièrement en prenant en compte les avancées scientifiques ainsi que les progrès techniques réalisés. Aisni, le but d’obtenir une formule se rapprochant au mieux de la composition du lait maternel. Cette constante innovation, pousse les fabricants à mettre sur le marché des formules toujours plus adaptées à la croissance et à la santé des bébés.

La recherche est nécessaire puisqu’elle permet aux autorités d’obtenir des données fiables sur l’efficacité et la tolérance des formules infantiles déjà présentes sur le marché ou sur des formules innovantes.

A l’heure actuelle, les principaux axes de recherches se concentrent sur :

  • Les acides gras essentiels pour leur rôle dans le développement de la vision et des neurones.
  • Les modificateurs de la flore intestinale : les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures). Leur ajout dans les laits infantiles permet le développement d’une flore intestinale bénéfique pour l’enfant. Ils favorisent les « bonnes bactéries » et inhibent le développement de celles qui peuvent causer des infections et des inflammations. Les prébiotiques sont des fibres non-digestibles, elles vont permettre de nourrir les bactéries dans l’intestin. Ainsi, beaucoup de laits associent à la fois des pro et des pré-biotiques.
  • Limiter l’apport protéique. En effet, les protéines étant éliminées par les reins, un apport trop important va surcharger et « fatiguer » cet organe.

Afin de démontrer le rôle bénéfique de ces formules, il est nécessaire de mener des recherches avec un grand nombre de bébés. En effet, l’impact scientifique sera plus grand et plus fiable si les résultats ont été observés sur de nombreux enfants.

En conclusion, retenons que le lait infantile est adapté aux besoins physiologiques du nourrisson. Cependant, s’il se rapproche du lait maternel, il n’en est pas l’exacte copie. Il faut donc continuer d’encourager la recherche pour développer les connaissances sur ces produits afin de mettre à disposition des nourrissons, des produits sûrs, de qualité et qui conviennent aux besoins de tous !

Ainsi, Biofortis vous propose de faire avancer la recherche en participant à nos études indemnisées ! Pour en savoir davantage, il vous suffit de cliquer sur la photo juste en dessous.