Aliments Ultra-Transformés : comment les reconnaÎtre ? 

Lors de notre précédent article sur le Nutri-Score, nous avions évoqué les termes « aliments transformés », « aliments ultra-transformés » ainsi que les classifications « NOVA » et « SIGA ».  Cet article vous en dit plus.

Les chercheurs et nutritionnistes ont pour habitude de classer les aliments selon leurs teneurs en lipides, glucides, protéines … Cependant, depuis quelques années, des chercheurs ont un point de vue plus global des aliments dans lequel le degré de transformation de ceux-ci entre en jeu et permet une nouvelle classification.

Qu’est-ce qu’un aliment transformé ?

Un aliment transformé est un aliment qui a subi des modifications physiques  (pressage, broyage et autres procédés industriels complexes) à partir de son état brut. Des additifs peuvent aussi être ajoutés pour la texture, la conversation ou la saveur. Ainsi, un plat préparé ou une pizza surgelée aura subi plusieurs étapes de transformation. C’est également le cas de produits tels que le fromage à partir de lait, ou même la farine et les pâtes obtenues à partir du blé. En revanche, tous ces aliments n’ont pas le même degré de transformation, il y a une différence entre des aliments peu, modérément et ultra-transformé. Ils ne sont donc pas tous équivalents d’un point de vue nutritionnel et l’impact pour notre santé peut également être différent.

 

Les Aliments Ultra-Transformés envahissent aujourd’hui les rayons de nos supermarchés, comment les RECONNAÎTRE ?

Les Aliments Ultra-Transformés (AUT) sont les aliments pour lesquels les industriels ajoutent de nombreuses substances à leurs préparations (additif, texturants, colorants, édulcorants…) en plus des procédés de transformation. Ces ajouts leur permettent d’imiter les produits bruts et d’intensifier ou de masquer certaines saveurs afin de les rendre plus appétants. Les AUT sont très présents dans nos rayons, la plupart des plats préparés en font partie, c’est aussi le cas de nombreuses charcuteries et de certains produits végétariens. C’est pourquoi il ne faut pas associer AUT seulement à la malbouffe et aux sodas. Si vous avez du mal à les reconnaître lors de vos courses, pensez qu’ils se composent de plus de 5 ingrédients et souvent la liste d’ingrédients contient des noms qui vous sont inconnus !

Les aliments peuvent donc être très peu transformés comme énormément, c’est pourquoi face à tant de variation l’équipe brésilienne de Carlos Augusto Monteiro a développé la classification NOVA.

La Classification NOVA

NOVA a été développée afin de casser les codes de la classification classique des aliments. Pour la première fois, les scientifiques regroupent les aliments selon leur degré de transformation. NOVA classe les aliments en 4 catégories :

  • Le groupe 1 : Aliments pas ou peu transformés

Ce groupe concerne tous les aliments bruts, qui viennent directement de l’animal ou de la plante (viandes, fruits, légumes, œufs, lait, champignons…) et l’eau. Les aliments peu transformés sont ceux qui ont subi seulement des traitements physiques qui n’ont pas d’impact sur les propriétés nutritionnelles de l’aliment (séchés, broyés, refroidis, congelés).

  • Le groupe 2 : Ingrédients culinaires transformés

Ces ingrédients sont obtenus à partir de produits bruts suite à des procédés physiques comme le pressage, le raffinage, le broyage… Ainsi, le blé devient farine ou l’olive devient huile. Ce groupe rassemble les huiles végétales, le beurre, la farine, le sucre… Les procédés utilisés pour la transformation de cette catégorie permettent d’avoir une utilisation différente des produits bruts sans affecter les propriétés nutritionnelles de ceux-ci. Cette catégorie vous est utile pour cuisiner à la maison comme pour assaisonner vos plats par exemple.

  • Le groupe 3 : Aliments transformés

Les aliments transformés restent des produits assez simples. Ils sont fabriqués à partir des 2 catégories précédentes. Ici, la transformation est par exemple utilisée pour optimiser la durée de conservation. Cela regroupe les conserves, jambons et poissons fumés, thon en boîte, fruits au sirop…

  • Le groupe 4 : Aliments Ultra-Transformés (défini plus haut)

Aujourd’hui, NOVA est une classification reconnue auprès des chercheurs dans le monde entier. En France par exemple, NOVA a été utilisée dans le cadre d’une grande étude nutritionnelle : NutriNet Santé (Cohorte à laquelle vous pouvez d’ailleurs participer si bon vous semble !)

La classification SIGA

SIGA est un indice français qui a été développé en s’inspirant de la classification NOVA. Ces deux systèmes ont pour point commun de trier nos aliments selon leur degré de transformation. Cependant, ils n’ont pas la même finalité, en effet NOVA a été développée pour le cadre de la recherche alors que SIGA se dit plus précise dans le but d’aider les industriels à améliorer leurs produits.

Cet indice prend en compte le degré de transformation des ingrédients du produit final. De plus, il tient compte de la nocivité des additifs qui peuvent être présent dans les aliments. Enfin, SIGA considère la composition nutritionnelle (les graisses, les sucres, le sel…) permettant ainsi de s’orienter plus facilement vers les aliments les plus simples et les plus naturels.

Voici aujourd’hui à quoi ressemble la classification selon SIGA faisant apparaître des sous-groupes comparé à la classification NOVA, moins fine. (Image ci-dessous) 

source : https://siga.care/indice-siga/

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces deux classifications NOVA et SIGA et connaître tous leurs points communs et différences vous pouvez consulter cet article.

Dans un second article (Aliments ultra-transformés Partie II), nous vous exposerons l’impact que peut avoir la consommation d’AUT sur notre santé et comment réduire leur consommation.

Si vous aussi vous souhaitez faire avancer la recherche, n’hésitez pas à vous inscrire en suivant ce lien pour participer à l’une de nos études cliniques ! Il vous suffit de cliquer sur la photo ci-dessous :