Dépression saisonnière : manque de lumière mais si votre microbiome avait un rôle ? 

En cet mi-janvier, l’hiver s’est bien installé dans nos villes. Le retour du froid, de la grisaille, et surtout des journées plus courtes. De nombreuses personnes font face à une baisse de moral en cette période de l’année. En effet, dans nos régions, on observe une diminution de la lumière naturelle à l’arrivée de l’automne et de l’hiver, cette diminution prend effet d’octobre à Mars. Ce manque de lumière naturelle provoque chez certaines personnes ce que l’on appelle la « dépression saisonnière ».

Mais qu’est-ce que la dépression saisonnière ? 

 

C’est la diminution et le manque de lumière qui joue sur la production de sérotonine. La sérotonine est l’hormone, le messager chimique qui régule l’humeur chez un individu. La diminution de la production de sérotonine va provoquer les premiers symptômes de dépression saisonnière. Une tristesse permanente s’installe (surtout le matin), ainsi que des troubles de l’humeur, une fatigue intense, une forte envie de dormir etc… On peut aussi observer dans certains cas des accès de boulimie.

Qui peut être touché par cela ? 

 

Tout le monde peut être touché par la dépression saisonnière. Cependant on remarque que les femmes sont davantage touchées, elles représentent 75% des cas déclarés. Elle touche plus facilement les personnes ayant tendance à souffrir de troubles de l’humeur et d’excès dépressif. 

On note également que la dépression saisonnière touche presque uniquement les habitants des pays du nord, davantage exposés à la réduction de la lumière naturelle. Ils sont en effet moins exposés de manière générale à la lumière du jour, et principalement des personnes vivant en ville ou en périphérie. Ceux sont les personnes ayant un mode de vie « Métro – Boulot – Dodo ».

Quel remède pour lutter contre cette dépression saisonnière ?

Assez simplement, il faut compenser ce manque de lumière. Commencer par essayer de profiter de la lumière naturelle au minimum 30 mn par jour. Si cela ne suffit pas, on peut alors se tourner vers la luminothérapie / photothérapie. L’idée est de s’exposer, environ 30 mn par jour, de préférence au réveil à une lampe de luminothérapie qui reproduit la lumière naturelle (attention à bien vérifier qu’elle possède le marquage CE médical).

Cette méthode s’avère efficace dans 70 à 80% des cas. Il faut cependant l’accompagner de sorties journalières à la lumière du jour ainsi que d’une plus grande activité physique régulière. Pratiquer un peu plus de sport vous permettra de compenser la diminution de sérotonine, car cette hormone sera créée et libérée lors de l’effort physique.

L’alimentation joue également un rôle très important pour vaincre la dépression saisonnière. En effet, plusieurs chercheurs ont démontré  que les bactéries de la flore intestinale avaient un impact sur l’anxiété et la dépression. Il s’avère que la production de sérotonine est aussi présente dans le système digestif. Le microbiome intestinal peut promouvoir la biosynthèse de sérotonine. Ainsi, pour être de bonne humeur pendant l’hiver, il est préférable d’avoir une alimentation, saine et varié. Cela vous permettra d’avoir un microbiome plus varié et pouvant alors créer davantage de sérotonine, qui régulera alors vos humeurs. 

 Avez-vous déjà fait face à certains de ces symptômes ou bien à la dépression saisonnière ? N’hésitez pas à nous dire vos remèdes et astuces pour lutter contre tout cela en commentaire !